Latest Posts

A la découverte de Yannick Chedeville, franchisé L’atelier Papilles à Eysines

Bonjour Yannick, merci pour ce témoignage de franchisé en boulangerie ! Vous avez ouvert votre point de vente à Eysines le 3 juin 2011.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir franchisé, vous qui étiez déjà artisan boulanger de métier ?

Bonjour ! J’ai pris cette décision pour plusieurs raisons :

  • les produits : L’atelier Papilles propose des gammes qui changent régulièrement, il y a un vrai renouvellement de la carte, ce qu’il est plus difficile d’assumer si l’on travaille seul. Chaque franchisé bénéficie de prix intéressants grâce à notre centrale d’achats, ce qui favorise notre rentabilité tout en assurant une grande qualité de produits. 
  • la décoration et l’installation : l’aménagement et le design tant intérieur qu’extérieur me convenaient très bien ! De plus, nous avons un matériel de qualité (caisse enregistreuse, logiciels internes…).
  • la communication et le marketing : grâce à la franchise, on bénéficie de stratégies marketing qualitatives et de la création d’une identité visuelle attractive, pour un prix beaucoup plus intéressant qu’en travaillant seul !

Comment se compose votre équipe ?

L’équipe compte huit personnes : trois boulangers, un préparateur de sandwichs et quatre vendeuses. Ils se relayent : quatre travaillent le matin, quatre l’après-midi.

Mon équipe de vente est la même depuis trois ans et deux de mes employés sont présents depuis le début, ce qui est assez exceptionnel ! Vraiment, il est plutôt extraordinaire d’avoir un boulanger depuis neuf ans et j’en suis ravi !

On sent que c’est une histoire qui roule pour vous à Eysines ! Mais quelles ont été les différentes étapes de votre développement ?

Il faut le dire, le début fut difficile. Si certains démarrent en trombe, ici, c’était très calme… Puis, finalement, nous avons eu une progression rapide sur un an et demi avant de trouver une vraie vitesse de croisière. Une belle croissance s’en est suivie sur quatre à cinq ans avant une stabilisation.

Dernièrement, nous avons fait évoluer nos techniques et intégré celle du pétrissage pour obtenir le statut d’artisan boulanger. Depuis, nous vivons une progression conséquente et j’ai même recruté deux personnes et demie de plus depuis octobre 2019.

Récemment, la crise du Covid-19 nous a apporté une nouvelle clientèle qui, depuis, est restée. Nous sommes aussi installés dans un quartier en pleine expansion résidentielle et avec une concurrence commerciale faible !

Je suis très satisfait de notre succès !

Et si l’on faisait un point sur l’accompagnement de L’atelier Papilles au quotidien ?

Tout d’abord, la franchise a trouvé le local pour nous ! Sur ce point, je dois préciser que la très belle opportunité d’acheter mes murs m’a été donnée au bout de quelques années !

Ensuite, j’ai bénéficié de plusieurs formations, sur la caisse enregistreuse, les méthodes de vente, le produit… Nous sommes accompagnés sur les mesures d’hygiène, gérées avec un outil informatique qui assure la traçabilité et le respect des normes HACCP.

La franchise s’est occupée du premier recrutement. Elle a formé et accompagné l’équipe pour notre première semaine d’ouverture. 

Depuis, nous communiquons très facilement, par téléphone. S’il le faut, les membres de la franchise se déplacent jusqu’à nous.

En tant que franchisé, êtes-vous impliqué dans les grandes orientations de la marque ?

Tout à fait ! Nous avons trois commissions, pour l’informatique, la pub, et les achats. Trois franchisés dont un référent prennent les décisions pour chaque commission, avec L’atelier Papilles. Je suis pour ma part référent de la partie achat (des produits et du matériel).

Avez-vous souvent l’occasion d’échanger entre franchisés ?

Oui ! Nous échangeons via notre intranet et sur un groupe de conversation WhatsApp, et nous nous rencontrons deux à trois fois par an, à chaque changement de la gamme de sandwichs et pour parler du développement de la chaîne et de nos expériences.

Avez-vous des recommandations pour quelqu’un qui réfléchirait à se lancer ?

C’est un projet qui demande beaucoup de patience, de travail, de courage, de ténacité et de rigueur.

Nous tenons à évoluer dans la bienveillance. C’est primordial pour nous à Eysines et pour l’ensemble du groupe.

Aucun doute, et ce sera mon mot de la fin : c’est une très belle aventure !

Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous dès à présent pour nous parler de votre projet.

Leave a Reply

Your email address will not be published.